Hello la team Hypee Style ! ✌🏻

Pour comprendre la dernière campagne de publicité de la célèbre chaîne de restauration rapide américaine « Burger King », il faut prendre un vol direct pour Miami.
C’est dans cette ville de Floride que se tient chaque année la foire d’art contemporain nommée « Art Basel », accueillant plus de 80 000 visiteurs.

 » Est-ce que l’on peut appeler cela de l’art ? « 

La dernière en date, a une nouvelle fois créée polémique et fait ressurgir la question « Est-ce que l’on peut appeler cela de l’art ? » en lien avec l’œuvre de l’italien Maurizio Cattelan. 🍌
L’œuvre en question ? Une banane (oui oui, une véritable banane) scotchée  au mur par un adhésif argenté. C’est tout. Œuvre vendue pour la modique somme de 120 000 dollars.
Pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple ?

Nous vous laissons imaginer le débat qui s’en est suivi, surtout lorsque l’on sait que cette fameuse banane a fini par être mangée naïvement par un visiteur.

 

L’art de la frite 🍟

Ainsi, Burger King a choisi de surfer sur cette tendance et de détourner cette polémique afin d’élaborer sa nouvelle campagne de publicité intitulée « N’avalez pas n’importe quoi avec Burger King ».

En clair, la marque de fast food a repris l’œuvre de Maurizio Cattelan,
a proposé sa propre création en remplaçant la banane initiale par une frite scotchée par du ruban adhésif et a placé les deux « œuvres » côte à côte en images.
Le tout, en indiquant le prix de chaque « œuvre »  au bas de leur photo, soit 120 000 dollars pour la banane et 0,01 dollars pour la frite. 🍟🍔

Le but de la marque à travers cette comparaison humoristique ? Rappeler à ses clients qu’ils  ne se feront jamais « bananer » chez Burger King et que manger une frite aura toujours le même prix. 😉

 

Source : Dans ta pub, La réclame.

About the author
Leave Comment