Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Et si les séries étaient plus efficaces que nos cours d’histoire ? Ce postulat un peu fou peut faire sourire et pourtant c’est le pari (réussi !) de nombreuses séries en ce moment, notamment le Bureau des Légendes d’Éric Rochant, dont la saison 3, très attendue, commencera lundi prochain sur Canal +.

Cette série française nous plonge avec habilité dans l’univers méconnu, voire obscur, de la DGSE (Direction Générale de la Sécurité Extérieure) c’est à dire le renseignement et les services secrets. Nous suivons notamment le fameux « Bureau des légendes », service en charge de la fabrication des couvertures des agents en mission. Les téléspectateurs découvrent avec avidité comment des identités peuvent être fabriquées de toutes pièces et même si cette série peut provoquer de (légers) accès de paranoïa – et si les gens autour de moi étaient des légendes ?– elle nous ouvre une fenêtre sur la vie si particulière des agents du renseignement.

Mais au delà du réalisme très appréciable de cette série, elle joue également un rôle didactique non négligeable sur la situation géopolitique actuelle et notamment les conflits au Moyen et au Proche Orient. Conflits par ailleurs complexes, dont les racines sont anciennes et qu’aujourd’hui très peu de personnes sont en mesure d’appréhender réellement, sans raccourci ou parti pris.

C’est là que le Bureau des Légendes (on peut aussi penser à Homeland) réussit le tour de force de nous plonger dans la réalité de la situation en Syrie, en Irak et plus généralement au Proche-Orient. La troisième saison se veut d’ailleurs encore plus nettement pédagogique et permet de comprendre une situation profondément complexe et sans cesse mouvante, de façon imagée, presque « romanesque », avec juste ce qu’il faut de nuances et de suspense pour captiver et surprendre le téléspectateur.

Cet apprentissage des sources du terrorisme, bien loin des reportages « catastrophes » de nos chaînes TV, nous paraît chez Hypee Communication une nécessité, surtout quand il est bien fait et ludique !

Mathieu Kassovitz (Guillaume Debailly, nom de code : Malotru)

crédits TV magazine

Prêts à suivre le cours magistral le plus utile du moment ? Alors, à vos popcorns, partez !

R
R
R

Crédit : lemonde.fr
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn
About the author
Leave Comment